Actualités

En quëte d'émerveillement

26 - 05 - 2020


 


Philippe Grombeer vient de mourir à 74 ans. Les amis, les journaux disent du « Covid19 »…

La tristesse qui m’émeut à l’annonce de ce décès est d’autant plus poignante que tous les souvenirs que j’ai de lui se rattachent, sans exception, à des moments heureux. Et parfois, ce peut être la même chose, des moments de combat.

Nous avons vraiment parlé ensemble pour la première fois au début des années 80, pendant une nuit où nous marchions côte à côte dans les bousculades et les cris d’une foule effrayée, rieuse et enthousiaste à travers les rues de la petite ville de Canet del Mar, guidés par les flammes et les explosions des Comediants, ces véritables magiciens de la pyrotechnie, à l’époque. Cela clôturait une rencontre mondiale de théâtre organisée par la Généralité de Catalogne à Barcelone et qui nous avait débarqués là, sans autre indication. Ni lui, ni moi n’avions jamais rien vu de pareil, nous étions émerveillés. Je revis ce moment comme un symbole. Philippe était, je crois, un homme en quête perpétuelle d’émerveillement. C’était un homme rare, un homme de cœur. Nous sommes profondément émus par sa disparition. Et, sans doute, comme beaucoup d’autres, reconnaissants non seulement pour tout ce qu’il a fait, mais pour ce qu’il incarnait.

Jacques Delcuvellerie. Groupov.


Précédent Retour Suivant